TOTO la bricole

Le puits canadien


Le puits canadien

(Article complet)

  1. Principe de fonctionnement :
  2. Le choix du matériau :
  3. L'emplacement :
  4. La mise en œuvre :
  5. Reprise de l'implantation :
  6. Coût global et retour sur expérience :

1 - Principe de fonctionnement :


Sur un système classique, l'air extérieur entre par les aérations situées au dessus des fenêtres de la maison afin de renouveler l'air intérieur. Le problème c'est qu'en hiver, l'air rentre à la température extérieure. Si il fait 0°, il faut réchauffer cet air jusqu'à 20° à peu près. S'il fait -10°, ça fait 30 degrés d'écart !
En été, c'est la même chose mais à l'envers. on souhaite ne pas dépasser les 25° dans la maison mais l'air extérieur peut atteindre les 35°. Résultat, la clim tourne à fond (si on en a une) ou on aère en espérant rafraîchir le four...
Sur un système de puits canadien, l'air extérieur passe par un tuyau qui parcourt 50 mètres sous terre (enterré à 1,2m de profondeur minimum), et qui ressort pour se raccorder à la VMC de la maison. La terre restant constamment hors-gel à cette profondeur, l'impact est très intéressant. En hivers, qu'il fasse 0° ou -15°, l'air rentre dans la VMC à 11 ou 12°. Ne laissant plus que 8° d'écart avec les 20° visés.
En été, l'inverse. l'air extérieur à 35° descend à 16° dans le puits canadien. Plus besoin de clim... (Ces chiffres sont à titre d’exemple, relevés sur un puits canadien artisanal, dans le sud de la France.)
Voici un schéma qui montre l'impact d'une telle installation.
(Les valeurs du tableau ci-dessous sont celles données par Fiabitat concept.)
Ça fait maintenant 3 mois que je me prends la tête afin de déterminer comment je vais l'implanter et quels matériaux je vais utiliser. Dans un premier temps, faisons un petit tour d'horizon des divers matériaux employés pour ce type d'installation.

2 - Le choix du matériau :

1- Le PVC (chlorure de polyvinyle):
A en croire les spécialistes, il est déconseillé. Il est vrai qu'en Allemagne, le PVC est interdit dans les constructions. Et si la France gère la nocivité potentielle des matériaux comme elle a géré le nuage Tchernobyl, on a du souci à se faire. De plus, les canalisations devant être étanches, on serait obligé de les coller et c'est pas maintenant que je vais me mettre à sniffer de la colle ! Il est de loin le moins cher. (environ 5€ le mètre pour un diamètre de 160mm)
Plus technique: Le PVC seul est un plastique très instable et il se brise facilement. Depuis 1930, des additifs tels des plastifiants, des lubrifiants et des stabilisateurs thermiques y sont ajoutés afin de donner certaines caractéristiques aux plastiques comme la flexibilité, la résistance à la chaleur et la durabilité. Les plus utilisés sont les phtalates et d’autres composés organiques tels que le bisphénol A et les organotines. Plus de 40% de la composition du PVC flexible est constituée de phtalates. Également, des métaux lourds comme le cadmium et le plomb peuvent être ajoutés au PVC comme stabilisateurs. D’une part, le cadmium et le baryum procure un effet stabilisant dans les plastiques transparents, alors que le plomb et le cadmium sont introduits afin de conserver les pigments de couleur. (pour plus d'info, visitez la source de ces infos: http://www.aroy.net/pointbiologique/multi-pvc.pdf
2 - Le PE (polyéthylène)
Utilisé classiquement comme gaine flexible servant à passer les câbles électriques et autres, TPC (tube pour canalisation), le PE n'est apparemment pas toxique (jusqu'au jour où on lui trouvera une molécule nocive.) On le trouve sur des sites internet en bobine de 25 ou 50 ml, double paroi, entre 15 et 20 euros le ml diamètre extérieur de 200mm). Petite astuce: passez par une entreprise pour le faire acheter. Je l'ai fait et mon prix au mètre est descendu à 7€ le ml !!!
ATTENTION! le PE en gros diamètre n'est pas flexible! passé 160mm, il est vendu en barres de 6ml et n'est pas flexible pour 2 sous. Qui plus est, il n'existe pas de coude pour le faire tourner. Seuls quelques sites sur le net le propose en bobine de 50 ml. Mais il faut compter 1000€ la bobine hors prix de livraison.
 3 - La fonte
Un matériau sain, solide, durable mais très lourd ! La mise en œuvre doit être très compliquée de plus, la fonte ça casse. Je ne suis pas sûr que l'oxydation à l'intérieur du tuyau ne devienne pas un inconvénient à la longue. Pour le prix, tout ce que j'ai trouvé sur internet était très au dessus de nos moyens. Plus de 100€ le ml
4 - Le grès vitrifié:
De loin le plus plébiscité, il a toutes les qualités requises. Durabilité, étanchéité, texture vitrifiée, etc... Du côté des inconvénients: lourd, dur à mettre en place, pas flexible.  Je reste quand-même adepte de ce matériaux. j'ai lancé une demande de prix que j'attends. Sur le net, c'est 33,25€ TTC du ml. et il faut compter 81€ pour un coude. Budget pour mon installation: 2500€ environ. C'est cher! (http://www.sainbiose.com/)

3 - L'emplacement :

Pour la prise d'air extérieure, choisir de préférence un emplacement où personne ne viendra faire un feu de broussaille ou faire tourner un vieux tracteur qui fume. Profitez du terrassement des fondations pour faire courir le tuyau autour de votre maison. Chaque côté fait environ 8 à 10 mètres, le tour complet permet d'enterrer dans les 35 à 40 mètres. (Pour la notre, ce n'était pas possible car on a des maisons mitoyennes)
Ci-dessous, le tracé de l'emplacement pour notre puits canadien.


4 - La mise en œuvre :

Samedi 4 Janvier 2010:

Il était impératif de faire la tranchée qui passe sous la maison avant que le plancher ne soit posé. Par conséquent, j'ai empoigné la pelle et la pioche et je m'y suis attelé bon gré, mal gré. Avec des températures avoisinant les -10° la nuit, autant dire que ce n'était pas une partie de plaisir de piocher le sol gelé!


Puis il a neigé...  Pas le choix, il a fallu continuer.
(le 11 janvier 2010)

J'avais un compagnon. Un petit rouge-gorge qui s'est posé sur ma barre à mine au moment de la photo.
(agrandissement)

Bien évidemment, il était important de placer le tuyau rapidement et de reboucher le trou avant que tout ne s'effondre. Mais c'était sans compter le fait que je me suis rétracté au moment d'acheter le tuyau de PE. La neige a donc fondue et une partie de ma tranchée s'est effondrée avec le ruissellement de l'eau. J'ai étayé une partie de la tranchée qui commençait à réellement s'effondrer. Problème résolu.
(le 17 janvier 2010)

J'ai reçu le devis pour du tuyau de grès vitrifié. Pour 50ml de tuyau diamètre 200mm, 7 coudes à 90°, 1 coude à 45° et 2 coudes à 15° (pour me permettre de jouer sur les angles). TTC: 1677€ (ça fait 33€ du ml.) C'est bien au delà du prix que j'avais obtenu pour le tube PE mais ma femme en est très contente. C'est vraiment le mieux qu'on pouvait avoir. Le matériau est sain et l'air qui passera dedans, c'est celui que ma fille respirera tous les jours. On a choisi du tuyau de grès eurotop de la société Eurocéramic.

Je vais donc commencer à les mettre en place dès lundi 1er février. L'équipe des maçons doit reprendre le travail ce jour là. Je travaillerais en parallèle d'eux.

Lundi 1er février 2010

On y est! Je creuse, je positionne, je manchonne, je cale, je sable, je remblaie un peu,.... je dame, je remblaie un peu,...... je dame, je remblaie un peu,....... je dame.......... Bon, c'est à peu près tout ce que j'ai fait.
D'une manière plus technique, l’emboîtement des tubes se fait de façon très simple. On positionne bien dans l'axe, on plante la fourche-bêche devant le tuyau et on fait levier. Les manchons passent sans difficultés. On peut jouer légèrement sur l'angle des tubes. C'est suffisant pour rectifier légèrement la courbe de la tranchée.(constatez ci-dessous). Pour la pente: 3% sur les 2 premiers tubes, 1% sur le 3ème. Je resterais à 1% minimum pour les suivants.


Pour le remblai, je ne me suis pas embarrassé du mouillage du sable, je n'avais malheureusement pas le temps. Les maçons intervenaient  et avaient besoin que je libère la place. Mais je compte m'appliquer beaucoup plus sur les 44 autres mètres. Il me fallait faire vite pour réussir à sortir de l'emprise de la maison. Au final, le dessous de mon tuyau en attente est à 1.5m du sol naturel. On est donc à la bonne profondeur.


Afin d'éviter de tout re-creuser, j'ai coffré le bout du tuyau que j'ai laissé dans la terre. évidemment pour poser un minimum de terre dessus, j'ai également bourré le tour du manchon avec plein de polyane. Quand je le dégagerais, ça sera ça de terre en moins à sortir.




Jeudi 4 février 2010

La dalle est en place et sera coulée cet après midi. Pour la position du tuyau de sortie du puits canadien je me suis adressé au maçon afin d'éviter de tomber dans une poutrelle. Résultat des courses, il m'a fait sortir 2cm sur la poutrelle... C'est pour ça que le tube de grès à une allure un peu tordue quand on le regard de face. (Pourtant je lui ai fait sortir les plans... Mais bon, j'ai bien senti que pour lui, tous ce qui touche de près ou de loin à de "l'éco-construction", c'est pour des baltringues ou des bobos...) Bon, pour le côté un peu tordu du tuyau c'est pas trop grave. De toutes façons il sera coupé court et sera manchonné au tube alu flexible pour se relier à la VMC double flux.

 

Lundi 8 février 2010

Je suis retourné chez mon fournisseur de tube de grès. (au passage, c'est Buscaglia, à Villiers-le-Bel. Les gars sont sympa, ils m’ont certainement pris pour un extra-terrestre mais c'est pas grave, ils étaient sympa et de plus leurs prix m'ont paru corrects.) Bien sûr, je ne manquerais pas de faire des éloges à mon beau-frère qui m'a rendu un fier service en m'accompagnant pour charger et décharger le camion. (Il me restait 16 tubes à prendre. Chacun pesant environ 70kg. Soit le camion chargé à 1,12T) Donc, Merci VINCENT !!!


Ci-dessous, vous voyez l'intégralité des tubes qui serviront à faire notre puits canadien. (sauf les 4 déjà posés.) C'était lourd et fatigant de tout apporter.


Pour la récupération des condensats, le point bas va se trouver à mi-chemin du circuit. A ce niveau là, je place un regard béton de 30x30 avec son couvercle. Le tout rebouché. Je ne prévois pas de pouvoir le visiter. c'est un siphon fait en tube de cuivre qui viendra se perdre dans un ballochon de graviers enfermés dans un sac de revêtement géotextile.

Samedi 27 mars 2010

Après une longue pause, je reprends l'implantation du puits canadien. Grâce à la pelle mécanique que j'ai loué, le travail va vite. En 2 heures j'ai creusé  4 mètres supplémentaire de tranchée. J'ai déjà placé un nouveau tuyau que j'ai correctement recouvert de sable cette fois-ci.

 

5 - Reprise de l'implantation :

 Mardi 27 décembre 2011

Encore une longue pause. On a passé un hivers entier avec le PC implanté sur 14 ml. seulement. Maintenant, j'ai pris une semaine de congés entre noël et jour de l'an et j'ai réservé une pelle mécanique sur cette semaine. Au programme: enlèvement de la butte de terre qui commençait à nous encombrer, terrassement du PC sur toute la longueur restante, déplacement des blocs de pierre de plus de 100kg, implantation du réseau eau et électrique jusqu'au fond du terrain.
Manon m'a aidé à la pelle mécanique...

 

Idée de pilier de bar :
Pour éviter de galérer à aller acheter un manchon pour les gaines électriques en diamètre 63mm, vous découpez une canette, (pas forcément de la bière) et vous manchonnez. En plus, ça coûte moins cher qu'un manchon acheté chez un commerçant tout en ayant le plaisir de prendre une p'tite pause pour boire un p'tit coup.


Les jours suivants, j'ai continué le terrassement et l'implantation du puits. Des tonnes de terre ont été retournées. Au passage, j'ai récupéré quelques belles pièces. des moellons taillés de l'ancienne chapellerie. J'ai fini l'implantation le Jeudi 29.
J'en suis content!!! c'est ça de moins à faire.

6 - Coût global et retour sur expérience :

Au final, le coût total du puits aura été de: 600€ de location de pelle + 1400€ de tuyaux. Le sable a été récupéré à droite et à gauche et n'aurait coûté que 100€ max (sablon) donc ça fait un total de 2000€ pour un puits canadien en grès. Quand on voit que les PC proposés par des professionnels sont à environ 10 000€ on voit la monstrueuse marge qu'ils se font au passage.
Il me reste encore à bien maçonner le regard de récupération des condensats. Je le garde pour les semaines à venir. De toutes façon je vais considérer l'article comme terminé. Je rajouterais plus tard les relevés de températures sur 1 an ainsi que les infos sur le-dit regards.

Décembre 2014

Ça fait maintenant 3 ans qu'il est complet et je n'ai pas eu besoin de regard pour les condensats. (Encore un truc qui est vendu pour nous faire dépenser plus de fric!) Je n'ai eu aucun souci avec et malgré une efficacité amoindrie par un sol toujours humide dû à la zone inondable. J'ai utilisé des sondes pendant tout un hivers et l'impact était très intéressant. Voici un graphique des températures relevées à différents emplacements.



 


15/01/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion